Guides de haute montagne


Escalade aux Etats Unis

Mercredi 9 Novembre 2016

Encore un voyage et encore des choses extraordinaires vécues lors de ce road trip. 

Nous avons dans un premier temps rejoins Manu qui était déjà à Las Vegas. 

Nous avons malheureusement raté notre changement de vols à Detroit qui nous a valu un détour par Atlanta. 

Un retard d'une quinzaine d'heures mais ceux sont aussi les aléas de ce genre de voyage. 

L'ambiance est restée bonne et à notre arrivée à Las Vegas, nous en avons profité pour aller tâter du caillou dés le début d'après-midi. 

 



Une petite voie nommée "Frogland" de 6 longueurs aux allures d'embouteillage aux heures de pointe. 

Nous rentrons un peu tard dans nos appartements mais adorons d'ores et déjà le grès de Red Rocks. 

Pour éviter le monde nous optons pour des réveils matinaux très tôt. 

Le lendemain nous allons dans le canyon de Icebox faire une classique du secteur nommée "Frigidair Butress". Le niveau augmente doucement mais l'escalade demeure classique pour les européens que nous sommes. 

 


Les 8 longueurs sont avalées au petit trot, ce qui nous permet de récupérer de la fatigue du voyage et gérer ce fichu décalage horaire. 

La météo des jours suivants semble plus capricieuse. Nous optons donc pour aller faire Epinephrine le lendemain.  

Au regard de la longueur de la voie, nous choisissons de gérer cela comme une course d'alpinisme. Le réveil à 3h30 ne suffira pas. Au départ il y a déjà 3 cordées qui ne s'en sortent pas en manip de cordes. 

 



Bref nous nous rabattons sur notre plan B qui s'avère être une pure merveille d'escalade : "Dream of the wild turkeys "

Les longueurs sont belles sans être trop difficiles. Les protections sont évidentes et l'escalade très plaisante. 

Malheureusement, quelques gouttes nous empêcheront de finir la voie. Qu'à cela ne tienne, nous nous sommes régalés. 

Pour le lendemain nous décidons d'aller nous balader dans les dédales de Red Rocks, au cœur des canyons.

 


Mais au réveil, nous ne pouvons que constater la pluie battante qui sévit sur la Capitale du jeu. 

Le grès qui est une roche très poreuse peut alors devenir le cauchemar des grimpeurs. Les prises, souvent fragiles, cassent car l'eau pénètre en profondeur. 

Les locaux ne s'y aventurent plus de peur de dénaturer les voies en cassant les prises clefs d'un passage. 



La météo étant aussi mauvaise dans le Nord, nous faisons nos sacs avec deux journées d'avance pour aller grimper dans le Parc de Joshua tree en Californie. 

Nous dormons trois nuits dans ce Parc National dans un Campground superbe. 

L'escalade est très agréable et les voies sont très belles. Ces arbres qui jalonnent nos errements à travers les différents blocs donnent un cachet au lieu indescriptible. 

 


Les doigts usés et les avant-bras cuits, nous prenons une journée de repos et en profitons pour rejoindre Moab. 

Ville au bord du Colorado, dans l'Utah, elle est entourée de Parcs Nationaux. 

Dés le lendemain, nous voulons retrouver des sensations verticales. 

Nous sommes allés grimper sur la tour de Castelton Tower. Sommet isolé, ce sommet de grès offre une vue panoramique superbe. 

 



Seuls au sommet nous admirons ce décor insolite pour nous. Nous profitons de l'après-midi pour aller nous balader dans le Parc d'Arches. Ces arches qui jalonnent le Parc sont des particularités géologiques étonnantes et d'une beauté rare. 

D'une façon plus générale, la visite des parcs de l'ouest américain nous bluffera à chaque fois. L'immensité des lieux et leurs particularités font de ces lieux des patrimoines mondiaux riches. 

Dans la nuit, quelques gouttes nous réveillent et nous font changer les plans.

 


Nous allons grimper à Indian Creek, temple de la fissure. Une belle journée, riche d'apprentissages sur les coincements à réaliser dans les fissures. 

L'aspect cool et détendus des américains nous plait bien. Personne ne crient. 

Une classique est au programme du jour suivant. Dans un décor de bande dessinée, nous grimpons les Fisher Tower. Ces tours de Mud ( boue ) nous offrent un sommet fragile et atypique où seul une personne peut monter au sommet. Une beauté hors pair !!!!



L'après-midi, nous allons grimper à Day canyon, proche de Moab. Des fissures rectilignes où nous réalisons combien nous sommes fatigués de tout cet enchaînement. 

 

La journée du lendemain, nous rejoignons Zion via les les différents parcs qui jalonnent la route. Capitol Reef, Bryce sont autant de merveilles que la nature nous offre. 

L'arrivée sur Zion avec les lueurs du soir laisse présager des voies raides et belles. 

 


Le parcours d' "Iron Messiah" le lendemain nous confirmera notre ressenti. 

400 mètres d'escalade qui grimpent tout le temps. 

Une balade au bout de la vallée principale nous laisse tous rêveur sur le potentiel d'escalade qui existe à Zion. 

La gestion de la circulation dans cette vallée est un exemple de bonne conduite. 

Pas de voitures autorisées dans la vallée sauf avec un permis spécial dûment réclamé à l'avance aux Rangers qui gèrent le Parc. Des navettes gratuites circulent en permanence du lever au coucher du soleil. 

 

 



Après un coup au pub de Springdale, nous rejoignons notre campement et sa nuit étoilée bien fraîche. Au réveil, l'envie de soleil et de chaleur nous gagne tous et nous optons pour une demi-journée en falaise à Saint Georges bien méritée. 

Cela nous permet de récupérer pour le lendemain et notre projet d'aller faire Epinephrine. 

Une nuit plus tard au Campground de Las Vegas et nous voilà à nouveau au départ de cette voie. Il y a bien une cordée devant mais 3 longueurs au-dessus de nous

 


Nous attaquons les deux premières escalades à la frontale au petit trot. La partie cheminée est plus exigeante et nous demande un peu plus de temps mais nous rejoignons rapidement la cordée précédente. À 14 heures au sommet nous profitons une dernière fois de cette vision du désert vu d'en haut. Une dernière soirée à Las Vegas pour profiter de cette ville en effervescence. Nous nous envolons le lendemain matin avec des images plein la tête et une envie de revenir tâter à nouveau de la fissure. 
Un grand merci à Valérie, Dominique, Pierre et Benoît pour leur enthousiasme.
Pour plus de photos.



 



Manu et Cédric